THE END OF THE DARK SIDE

SUR LA ROUTE DU CINÉMA par Dan Albertini

Un titre qui ne peut se jouer en français. Le sens est dans l’anglicisme. Nous sommes dans le cinéma globalisé, dans la globalité et, dans la diplomatie. Ici nous sommes dans la comptabilité du budget de la production, malaise chez l’auteur.

Quand arrive le temps de conclure, les habitudes acquises, les émotions de parcours, enfin tout au passage devient prétexte pour se river. Addiction, nostalgie, deuxième séance, ça retient. Le goût de la revanche, élixir de la victoire, retard sur notre parcours. Ce temps-là, oh que c’est nocif. Il faut faire le deuil, congédier les ombres. Tôt, les ondes aussi. L’élégance est idéale, mais l’homme dans son humanité. Comme dirait le Créateur, faisons-le à notre. Amérique. Alors je résume. Dans les règles de l’art. J’ai lu évidemment après le 8 novembre. Ombre, sombre, blâme…, etc.

Dark Side. Je n’invente rien, nous sommes tous un code ici-bas. Les U.S. sont ainsi passés à un cheveu de la catastrophe, le monde doit savoir. La candidate HRC est arrivée au parvis du DNC par un manège terrifiant. Système-dit démocratique. Je l’ai su bien avant, BS ne sera jamais le candidat du DNC. Il est de gauche à NY. BS est ici placé pour éprouver la candidate, face à la machine du GOP. Elle était à toute fin prête, ceci s’est avéré. BS a donc perdu au départ, c’est une loi yankee du Potomac. En outre, la prestation HRC a ce péché ludique qui se fait complice, oui. Elle prétend défendre la veuve et l’orphelin par principe. La question se pose dès lors : pourquoi la mémé voulait-elle se payer le plan à c’prix-là ? Car, il n’y a eu de subtilité mais sottise. Le NYT a tout fait pour se dépraver, voulant éborgner, faire grimper l’indice HC en valeur, afin d’organiser l’altération du candidat DT désormais élu président.

Cela a contribué à camoufler le côté sombre d’une femme tellement dangereuse. GJB, ancien Marine qui gardait le Bureau ovale (WH/DC), nous a alertés. C’est une honte. Un accroc grave qui risquait des conséquences. Posons des balises de suite. La lutte si elle a touché BJC ce n’est réfléchie, la game électoral yankee est en vision de titans. Ce n’est dans la pensée, un sujet de perdant. Après l’enjeu, les U.S. doivent tourner au régime de supergrand. Nonobstant critique & critiques qui ignorent le fonctionnalisme yankee. Le NYT a péché en ce sens. Il connaissait les règles du jeu. Darkness !

Mais, avant de se tromper de sujet ou de se croire en dilettante, je vous assure ne pas vouloir m’attarder sur la fin comme moyen du côté sombre. D’où le titre commercial pour l’édition : the end of The Dark Side. Il nous faut conclure afin de partir d’un nouveau pied avec une administration T-P qui dit-on serait le proposeur d’un diplomate américain d’origine .ht, à PaP. Bien ou mal, nous ne devons assumer dans la faiblesse des autres. HRC a donc d’abord perdu à l’avance pour nous, parce que voulant être femme avant d’être yankee. Tandis que DT lui, présente le Pays. Histoire, ce pays a toujours sauf une fois, choisi the tallest guy, même avec BHO. Question de fonctionnalisme, facto gigantisme, il explique une saveur du cinéma hollywoodien. Si BHO n’avait pas enfilé ses gants face à MR il aurait par contre perdu. Flashback !

J’ai publié un article dans la foulée de cette campagne, il stipule que dame HRC voulait tout simplement prendre sa revanche avec un poing et non seulement le doigt sur un bouton rouge. Contre Sergei Lavrov chef de la diplomatie russe. En effet Sergei a roulé le vieux John qui se croyait joueur d’échec et gentlemen. Mémé a passé mal l’épreuve avant John. Genève où se déroule le vieux jeu d’échec a été une grosse humiliation pour HC qui se dévouait pour rapporter des résultats calculés. Mais, échec et mat. Berne le sait pertinemment. Pour l’avoir vécu. Que voulait donc HRC si ce n’est de se servir de l’Aura de Bill pour y arriver à ses fins. Le mettre ensuite à l’écart car, la CGI lui constituerait un obstacle trop embarrassant de par l’influence de BJC, et, ce qu’on a jusqu’ici découvert à travers les médias en ce qui concerne la main directe de l’étranger douteux, dans le financement de la. Ce qui conduirait sûrement à un plus gros scandale que les petits cadeaux personnels tirés, lors d’une. FBI.

L’autre caméra. Nouveauté, Ivan Couronne journaliste. Quelle nouveauté, ah oui, il est Frenchie à DC, à titre de correspondant accrédité. Cela se comprend de mieux en mieux. Il publie peu avant la fin des élections, ce qui suggère qu’il s’y était préparé, commis. Dans le cours de son travail. Il publie « Hillary Clinton La Présidente » chez l’Archipel. Encore un autre Frenchie mais éditeur celui-là. On comprendra mieux en lisant le livre de YC, pourquoi les Frenchies sont mal informés, ou, font dans l’intox, dans la désinformation. Plus que malsain, ignare. Somnambulisme. Ne vous trompez pas, c’est bien DT l’élu pour la présidence. Brusquement la France préfère dire « désigné » et la Société Radio Canada chante le refrain à ses Frenchies. Darkness !

La réalité sous-jacente des dernières élections présidentielles quand on considère la rafle du Congrès bicaméral, tandis que les supers canons venus à la rescousse n’ont pas réussi à limiter les dégâts ni sauver HC. C’est là un important aspect de la face sombre qui est en fait un masque que portait HRC. Je me refuse à croire que BHO soit réellement l’homme dévoué à la réussite de HRC pour une phase historique. BHO a joué un jeu tellement de haute voltige qu’il parait irréprochable tandis qu’il a permis aussi de laisser couler toute information supposée aider à évincer HC d’autant plus que la subtilité est irréprochable quand on n’ignore sa hargne contre DT. Ce qui est différent d’un réel danger que constituait une responsable du Département d’État qui a trompé son administration au point de jouer à l’amnésie par devant le Congrès, de simuler des problèmes médicaux pour échapper à ses responsabilités dévoilées dans les emails du FBI. Indiscipline remarquée aussi au niveau de la défaite de BS au DNC. Les coïncidences pleuvent extraordinairement. Revenons à la scène électorale. Le contraire serait que le pays eut été administré pendant huit ans par un président incompétent, incapable de soutenir son alliée pour gagner des élections locales, ce malgré le puissant canon que constitue Bill. Pris sous l’angle électoral, ce serait une catastrophe annoncée par la réalité BS, avec tout le soutien-dit de W-S et, des stars venues à la rescousse jusqu’à la dernière heure. Ce, contre DT candidat écorché, semaine après semaine, partout par l’anchorman du NYT et aléas. Regardons ailleurs.

En fait, l’on comprendra contrairement à cette école de journalisme français qui croit pouvoir faire des présidents U.S. sur l’humeur de correspondants déclassés avides de jobs de média d’État, [tel que le dit Sarko le perdant lors du dernier débat des primaires de son parti, sous la question du financement illégal venant Kaddaf décédé]. Oui l’on comprendra que cette thèse mettrait ce président BHO incapable face à la démonstration de l’invasion russe dans les affaires américaines profondes, sans capacité de rétorque, dans un contexte de mise en échec syrien des GI jusqu’ici.

Nous savons par nos sources que Vlad a étalé de nouveaux agents d’information.ru à travers le monde et je l’ai souligné depuis les années 2011. La CIA en a fait de même en infiltrant ES, là où il devient difficile de l’exfiltrer désormais. Paris en a fait de même mais dans un ordre tellement plus réduit par rapport à ses capacités, en envoyant tous ses agents épiciers/boulangers/pâtissiers/cuisiniers, qui se prennent pour des intellectuels à la radio, à New York mais surtout au Canada pour ingérer un sentiment nouveau de libération du Québec. Mais c’est un autre débat car la Chine est maître du jeu en la matière en commençant par prendre le contrôle de la p’tite business comme le faisaient les Islamistes aux U.S., afin de nourrir facilement un quotidien d’information. Ils sont tout le long des Autoroutes et se passent toutes les missives dans l’ombre par cette voie et par W-U, jusqu’au Canada en passant par Windsor, ce depuis bien avant 9/11. Tonton les surveille depuis et exige tant d’informations personnelles sur une base de transfert d’argent désormais tronqué par petits budgets. Il faudrait se rappeler le cas post 9/11 où un chauffeur de taxis haïtien à Long Island avait permis de cueillir une meute de comploteurs depuis Queens-Long Island, en passant par NJ, jusqu’à Windsor par la frontière.

DT ne s’y était trompé dans ses accusations déformées par les DNC. Ces Islamistes ont importé leur guerre dans tous les petits coins des U.S. où la densité de la population permet de se camoufler en vendeurs de poulet frit, d’acheteurs de licence de fastfood. Combien d’entre eux ont été formés à Alepo. L’ingénieur au milieu d’une meute de bergers paysans. Il faut donc fermer la face sombre aujourd’hui.

Je crois Vlad un dictateur mais celui qui par la ruse rend à la Russie une réponse à des demandes. Si DT lui laisse la Syrie, il lui enlèvera le goût de la guerre mais l’exposera à la critique locale qui serait mieux servi que par la guerre cruelle. BHO a fait un mauvais choix stratégique en soufflant sur le chaud et le froid depuis 2010. La diplomatie du sénateur a tout simplement échoué sur le banc du guerrier. Je parie que le racisme de Vlad ne survivra au départ de BHO. Le Russe le sait.

Je crois cependant que BHO a aussi le tact d’un véritable dictateur qui veut tout contrôler, sauf sa maisonnée. Quand on considère le coup porté en revanche à Hillary qui le dénigrait depuis 2008. Et dans ses ambitions, autant que dans son instabilité mentale décrite par GJB. Dictateur oui, depuis son intrusion dans l’affaire du policier blanc qui avait arrêté son ami professeur et a voulu trancher l’affaire sur la pelouse de la WH. Dictateur oui, comme il semble vouloir imposer une homosexualité cachée, au monde entier, pour se sentir bien dans sa peau. C’est devenu un critère de compétence pour l’Armée yankee et l’on comprendra la différence entre les besoins de s’exercer au lit et ceux de défendre une Nation, au milieu de gens assoiffés de sang.

Il poursuivra dans sa lignée en voulant imposer sa volonté au président élu DT, au point de mettre l’Amérique à risque en proposant Angela comme nouveau leader du monde. C’est une honte étalée comme une haute trahison contre les U.S. démocratique. Notons que cette Angela qui ne voulait le recevoir, lui candidat en 2008 sous prétexte de protocole, et aujourd’hui BHO se démet du protocole U.S. vital, lui qui condamnerait ES d’en avoir violé.

Le degré de trahison imputable à BHO. Question : Angela était-elle au courant du trafic anti environnemental de Volkswagen, aux U.S. et, cette tromperie a-t-elle fait l’objet de saisie fédérale du dossier par l’Administration O-B ? Et, Merkel pouvait-elle se suffire à deux mandants ? On reconnaitra l’arbre à ses fruits dirait l’autre. C’était ça HRC comme héritage ? Heureusement, c’est aujourd’hui The End of The Dark Side. Autre plateau, autre scénariste, autre film.

Merci d’y croire !


dan@albertini.co

print