L’AMBASSADE CAUSTIQUE EN RÉPONSE

Entre (). Trudeau dit partir en tournée rencontrer le [bon] peuple canadien après un changement de cabinet. Sommes-nous du peuple ? Fermons les ().

De Tel Aviv à Jérusalem l’ambassade caustique en réponse. Quoi de plus provocateur, je l’assume. Comprenons une chose en outre, il y a en tout un prix. Ce prix a une valeur. Cette valeur a ses raisons. Ces raisons, confidentielles, on se l’entendra dire, sont impératives. Ce qui n’est cependant confidentielle, la fratrie à Jérusalem est incisive en soi, tribale dans ses ambitions, depuis plus d’un millénaire. Ce n’est donc une corrélation de décennie peut-être plus, qui va déranger par-devant Dieu. Quand dit-on de lui, intemporel. L’humain s’ajustera par la mise en situation. Le terme existe en français, il est donc diplomatique. L’homme veut l’Éternel Dieu foudroyant. La problématique est ici pour nous de faire comprendre à la Syrie de Bachar, à l’Iran, aux Russes de Poutine et surtout à l’œil bouddhique chinois que le terrain est pris. Le frère arabe ne s’entend pas pour son propre bonheur malgré les milliards de pétrodollars. Il ne le fait pas mieux à Gaza ou ailleurs. Point n’est donc besoin de s’énerver avec des larmes de crocodiles quand on a de toute évidence, des dents de râteaux en vrac.

La Palestine est ainsi devenue une bombe à retardement, disponible à l’intrusion. Cela pourrait faire balancer le minimum ordre du monde qui nous reste avec cette ONU défaillante, déficitaire, délabrée, en dilettante, sur roue-de-Guterres. Soyons sérieux ! Le Canada ne veut lâcher le morceau Québec, pas plus que la Chine ne lorgne moins Taiwan, l’Angleterre les Malouines, la Russie la Tchétchénie, l’Espagne la Catalogne. Plus que du réalisme c’est la réalité ainsi exprimée. Politics and Policy will follow, c’est la loi de l’ajustement. Elle devient un impératif ici. C’est comme dans un tunnel de la boucle du Grand Collisionneur Hadron du CERN. Il faut juste ce poste de contrôle, d’observation. Assurer la vitalité, la sécurité. Le djihadiste voudra ma tête mais il faudra venir la chercher. Il justifiera ainsi l’option de l’ambassade caustique.

Il y a de cela six ans que je m’y serais élevé contre. J’ai soutenu la position de paix de l’Artiste Alexsandro Palombo, du groupe Sheba of Israël. Je condamne aujourd’hui encore l’acte génocidaire comme le crime sur les populations civiles. Mais, celui qui se déclare en guerre sait avec pertinence ce que la loi martiale renferme la notion du territoire. De butin de guerre. De perte de souveraineté, etc. L’Allemagne nazie n’a-t-elle pas été scindée en deux ! La réalité d’aujourd’hui impose des ajustements sans quoi le pire du passé s’étendra en monnaie courante. Imaginons La Lèpre de Damas régénérée, voulant jouer à Gaza pour gagner en influence, par la force de l’Iran. Ce ne serait pour protéger la Palestine, mais pour rompre un équilibre déjà fragile. Politique de la chaise vide n’est donc une option. Il y aura un État de toute façon pour garantir l’ordre. La démocratie n’a cette garantie à Gaza, l’ONU doit appliquer un moratoire.

Si DC n’adopte et n’applique cette déclaration de Jérusalem le vingt janvier, les eaux usées du Potomac rejailliront après une lueur d’espoir de paix. La relativité se vérifie par une simulation peu hasardeuse. Remettez la gestion des négociations d’un État Palestinien libre à l’Arabie Saoudite, c’est la guerre idéologique et raciste avec l’Iran. Intégrez-y Moscou ou Pékin, c’est la guerre de l’orthodoxe et du Bouddhiste, hélas !

dan@albertini.co

print